EXCLUSIF (3/3) L’INTERVIEW de FRANK GIROUD

Alors que “Benjamin”, le tome 2 des “Fleury-Nadal” est sorti aux éditions GLÉNAT, suite et fin de notre entretien avec Frank Giroud réalisé fin 2006 avant les sorties du T2 de L’Echarde et du T3 de Le Serpent sous la glace dans la collection « Secrets » chez Dupuis.:: Découvrez notre entretien exclusif avec Frank GIROUD ::
1ère partie 2ème partie 3ème partie

————————————————————————-
:: 3 – Les questions “votre actualité“ ::
————————————————————————-

COOLTURE : Votre dernier geste pour l’environnement ?
Frank GIROUD : Je suis très impliqué dans ce combat ; chez moi, cela va donc du tri sélectif au déplacement à vélo (ou parfois en métro, mais jamais en voiture en ville) en passant par le soutien financier à Greenpeace et au W.W.F, l’achat de produits bios ou Max Havelar, ou le refus des sacs plastiques au supermarché…

medium_9782723445191-V.jpgVotre dernier coup de gueule ?
Contre la capitulation de certains face aux agressions qui menacent la liberté d’expression. D’ailleurs, je leur réserve une surprise à l’occasion de la sortie du prochain “Légataire”….

L’événement qui vous a le plus marqué cette année ?
Que le gars Schwarzy qui, parfois, a quand même tout du gros bourrin, soit le premier gouverneur américain à ratifier le protocole de Kyoto (et ce, contre l’avis de sa propre majorité) ! C’est une sacrée raison de ne pas désespérer de l’espèce humaine, non ?

L’époque à laquelle vous auriez aimé vivre ?
medium_9782723450379-V.jpgJe suis tellement curieux que, quelle que soit l’époque à laquelle j’aurais vécu, j’aurais eu envie d’aller en visiter la voisine. Alors finalement, celle-ci est aussi bien qu’une autre !

Ce qui vous étonne le plus dans le monde actuel ?
Le fait que la plupart des humains emploient leur énergie à posséder toujours plus, au lieu de la consacrer à trouver leur voie puis à la réaliser.

Comment avez-vous travaillé sur ces 2 albums qui clôturent les 2 premières histoires de la collection “Secrets” ? (des 1ères idées jusqu’à la version finale)
medium_9782800137988-V.JPGLe procédé est toujours le même (séquencier, découpage page par page, puis case par case, suggestion de mise-en-scène et dialogues) mais ma collaboration avec Marianne Duvivier (que j’ai rencontré pour la première fois il y a une vingtaine d’années) a sensiblement différé du travail mené avec Milan Jovanovic. D’abord, c’est au cours d’une balade avec elle qu’est née l’idée de l’Echarde, qui a plus tard débouché sur la création d’une collection consacrée aux secrets de famille.
La naissance même de cette histoire doit donc autant à elle qu’à moi. Première différence, puisque Milan a quant à lui reçu un synopsis déjà bouclé. Un synopsis que je ne lui ai toutefois pas envoyé au hasard. J’étais allé le voir à Belgrade et, suite à nos discussions, j’avais compris ce qu’il attendait et ce en quoi il excellerait. Le Serpent me semblait lui aller comme un gant. Et effectivement, après quelques pages de réglage, il a fini par m’envoyer les planches directement encrées, la plupart du temps parfaites. Du coup, je ne l’ai revu que deux fois en trois ans. Nos contacts passaient par le mail.
Avec Marianne, nous avons éprouvé le besoin de nous parler et même de nous voir très régulièrement. D’ailleurs, sa façon de fonctionner entraîne obligatoirement une multiplication des contacts : elle m’envoie d’abord des esquisses et le story-board, attend mes réactions et mes suggestions, puis m’expédie le crayonné, sur lequel je peux également intervenir, et les planches encrées ne me parviennent qu’à l’issue de ce processus.

Quels sentiments vous animent alors que alors que le tome 2 de L’Echarde et le tome 3 de Le Serpent sous la glace vont sortir dans la collection « Secrets » chez Dupuis. ?
Je viens de recevoir les deux albums, tout chaud sortis de l’imprimerie, et je trouve d’abord que ce sont deux très beaux objets.
J’aime beaucoup la maquette du label « Empreinte(s) » et, à l’intérieur de celui-ci, celle de la collection « Secrets ». Et bien qu’en vingt-cinq ans de métier, j’ai déjà connu cet instant plus de quatre-vingt fois, il reste toujours aussi émouvant. Surtout quand le contenu est à la hauteur de l’écrin, comme c’est le cas avec L’Echarde et Le Serpent sous la glace. Et puis, ces deux volumes bouclent deux récits : or c’est toujours une satisfaction que d’avoir pu mener une aventure jusqu’au bout. Il y a aussi un peu de « saudade » comme disent les Brésiliens -un sentiment qui mêle la nostalgie, la tristesse, l’envie de revoir ou de refaire…- . Mais une « saudade » limitée, car j’ai déjà attaqué une nouvelle histoire avec Marianne et je sais que je retravaillerai un jour avec Milan.

medium_9782723450935-G.jpgQuels sont vos envies / vos projets pour les mois qui viennent ?
Je poursuis l’écriture des cycles en chantier : j’achève les derniers tomes de L’Expert, de L’Ecorché et de Quintett, le tome 2 du Cercle de Minsk, le premier volet de Benjamin (à paraître dans la série des Fleury-Nadal), j’attaque le tome 3 du Légataire, et je travaille sur deux nouveaux secrets de famille : l’un qui se déroule aujourd’hui, dans la petite bourgeoisie de province (dessiné par Marianne Duvivier, qui vient de finir L’Echarde), et l’autre, à grand spectacle, qui commence dans le Manchester de 1880 et se poursuit dans l’Inde coloniale. Ce dernier (Samsara), déjà bien avancé, est dessiné par Michel Faure.

COOLTURE : Un très grand merci !
—————————————————————
sources : © Hervé Giraud – Coolture 2007,
sources : © Dupuis, Glénat 2007

Laissez un commentaire





Pin It on Pinterest

Share This