Une ode à la désobéissance et à la liberté

Jafar Panahi, cinéaste aujourd’hui muselé par les autorités de son pays, traite des problèmes de société à travers des histoires d’enfants comme dans son premier long métrage, « Le Ballon blanc », caméra d’or au Festival de Cannes en 1995. Son film suivant, « Le Miroir »(1997) a obtenu le Léopard d’or, récompense suprême du festival de Locarno, mais est resté inédit en France pendant plus de 10 ans: cette traversée de Téhéran par une enfant perdue mais obstinée est orchestrée avec maestria.

Film iranien de Jafar Panahi
Avec Khani Mina Mohammed, Khani Aida Mohammad, Kazem Mojdehi
Editions Tamasa Distribution

::L’histoire ::
Mina, une petite écolière, attend comme tous les jours sa mère à la sortie de l’école. Cette fois, celle-ci tarde à venir… Mina décide alors de rentrer chez elle par ses propres moyens. Or elle ne connaît pas son adresse ! Durant son périple, dans la ville bouillonnante, elle va croiser de nombreux adultes auxquels elle tiendra tête… Têtue et obstinée, mais aussi imprévisible, Mina fera tout pour retrouver le chemin de la maison.
En bonus : film annonce et livret 12 pages : entretien avecJafar Panahi, l’enfant dans le cinéma iranien.
sources : © Tamasa Distribution 2012

Laissez un commentaire