La souffrance des mères

Depuis son premier roman en 2003 , « L’Inattendue », suivi d' »En douce » »en 2004 et de « À ta place  » en 2006, Karine Reysset continue de sonder l’expérience intime mais, cette fois, en s’appuyant sur ce qu’ellea de plus universel – la difficulté à être mère -, et en s’ouvrant à des sujets de société très actuels – vol d’enfant, abandon. Un livre à ne pas manquer.

Roman de Karine Reysset
Editions de l’Olivier

:: L’histoire ::
Elles sont venues seules et se retrouvent côte à côte dans la salle des naissances. Pour l’une comme pour l’autre, ce jour doit inaugurer un nouveau départ. La très jeune Émilie accouche sous X et espère « tout recommencer à zéro « . Judith, elle, attend avec une impatience teintée d’inquiétude la naissance de son fils, Camille, un miracle après tant d’années de grossesses déçues. Mais, pour l’une comme pour l’autre, rien ne se passe comme prévu. Judith perd son bébé et, dans un geste de détresse, enlève l’enfant promis à l’abandon de la chambre voisine. Camille ne vivra que quelques minutes ; dans un geste de détresse et de démence, Judith se fera réparation en dérobant l’enfant «abandonné» de la chambre voisine. Et Emilie, bouleversée par la
brutale disparition de sa fille, n’aura plus qu’une idée en tête : la retrouver.
Dès lors, le destin de ces deux femmes est irrémédiablement lié. Karine Reysset explore tout en finesse les promesses que recèle pour les mères l’arrivée d’un enfant, les inévitables blessures et la folie qui s’empare d’elles quand la maternité leur est refusée. Un récit mené tambour battant, un sujet qui bouscule, un suspense prenant: « Comme une mère » ressemble à ces contes maléfiques et merveilleux qui vous hantent longtemps
sources : ©Eds de l’Olivier 2008

Laissez un commentaire