FRAGMENTS D’UNE FEMME PERDUE

Une femme, l’obsession d’un homme

Ce dernier roman de Patrick Poivre d’Arvor a une forme particulière, éclatée, « fragmentée’, faite de lettres, de composition « polyphonique ». Par brèves séquences, on passe ainsi d’un point de vue à l’autre. Personne ne détient la vérité. Chacun est libre de s’aveugler à sa guise…

Roman de Patrick Poivre d’Arvor
Editions Grasset

:: L’histoire ::
Cette femme « perdue » – pour elle-même ? Pour l’homme qui l’aime, et qu’elle ne cesse de quitter ? – est ce qu’on appelle une femme fatale : singulièrement belle, vénéneuse, fragile, cruelle, insaisissable… Ici, elle se prénomme Violette, comme l’illustre « Traviata » de Verdi. Et ceux qui prennent le risque de l’adorer sont en danger – après avoir été en extase. Faut-il alors plaindre Alexis, la victime qu’elle choisit dans ce roman ? Ou faut-il l’envier ?
sources : © Grasset 2009

Laissez un commentaire





Pin It on Pinterest

Share This