Un roman subtil et ironique

Emilie de Turckheim publie à vingt-quatre ans « Les Amants terrestres ». Son expérience de visiteur à la prison de Fresnes lui inspire en 2008 « Les Pendus ». En 2009, elle reçoit le prix de la Vocation pour « Chute Libre ». Avec « Le joli mois de mai » subtil, dans une langue brute, ironique et cruelle, Emilie de Turckheim sème doute et indices avec la virtuosité d’un maître du suspense.

Roman de Emilie de Turckheim
Editions Héloïse d’Ormesson

::L’histoire ::
Monsieur Louis a laissé un testament par lequel il lègue à cinq de ses anciens clients chasseurs l’ensemble de ses biens. Débarquent alors dans sa propriété les héritiers. Sans l’ombre d’une pensée pour le défunt, avidement, ils attendent le notaire. Qui ne viendra jamais. Parmi eux, il manque une femme. Commence une drôle de chasse.
sources : © Héloïse d’Ormesson 2010

Laissez un commentaire