Un livre percutant

Dans « Les petits », Christine Angot dépeint la violence entre un père et une mère, les manipulations et les déchirements : un livre qui fera parler de lui.

Roman de Christine Angot
Editions Flammarion

::L’histoire ::
Hélène et Billy se rencontrent. Elle est d’origine européenne, a une fille, il vient de Martinique, il est noir, a un groupe de reggae, vit en électron libre. Cela se passe simplement, ils s’installent ensemble, ont une fille, Clara. Puis un deuxième enfant, puis trois et quatre. Elle a arrêté de travailler, prend les rênes de l’appartement, s’embarque dans le bouddhisme. Il connaît des hauts et des bas professionnels. Les mois passent, l’entente s’érode, l’air de rien. Les petits les réunissent et les divisent. Parfois il disparaît, plusieurs jours, parfois elle le harcèle, pendant des heures.
L’hostilité croissante entre un homme et une femme, la violence quotidienne entre un père et une mère, les manipulations et déchirements qu’éveillent les enfants, d’abord dans des disputes qui dégénèrent et dont ils sont témoins, puis dans un procès dont ils sont l’enjeu : la narratrice restitue ces scènes, tantôt de manière tendre, tantôt implacable. Quand ellemême partage la vie de Billy, elle l’accompagne pour voir les petits pendant les quelques heures de visite obtenues après des mois de lutte. Elle investit son récit avec un souci de véracité et de modernité saisissantes. L’écriture s’impose ici avec une émotion contenue et une clairvoyance remarquable : seul l’amour qui lie deux êtres ou qui s’attache à des enfants peut affronter l’existence, lorsqu’elle est devenue invivable.
sources : © Flammarion 2011

Laissez un commentaire