UN ETERNEL JEUNE HOMME

Une peinture des années Thatcher

Michael Bracewell, essayiste né à Londres dont deux des romans ont été traduits en France (Une époque formidable, Le Dilettante, 2002, et Saint Rachel, Le Dilettante, 2004) signe dans ce roman le portrait sublime et dérisoire d’un jeune homme tenté d’établir un lien intangible entre l’argent et le goût. Un livre devenu culte en Angleterre de par sa peinture sans faille des années Thatcher.

Roman de Michael Bracewell
Editions Phebus
:: L’histoire ::
Fils des classes moyennes né dans la banlieue pavillonnaire de Londres, Martin Knight se révèle un enfant délicat. Puis un adolescent sensible, romantique, narcissique, résolument esthète. A l’étroit dans son milieu, Martin rêve de s’élever, afin de mieux accéder à la beauté. Où trouver la clé des songes ? Les lumières de la City lui indiquent la voie : l’élève médiocre saura saisir la chance qu’offre aux ambitieux la capitale sous l’ère Thatcher. Chance rime alors avec finance. Et l’amour dans tout ça ? Quand Martin rencontre Marilyn, élégante jeune femme issue de la bourgeoisie intellectuelle, il croit voir incarnées toutes ses aspirations.
Un roman très anglais, un impeccable récit désenchanté auquel « L’ Education sentimentale » sert de modèle. A découvrir absolument.
sources : ©Phebus 2008

Laissez un commentaire





Pin It on Pinterest

Share This